Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
21/11/2017
Bouillon s’apprête à fêter saint Éloi
À Bouillon, il fut un temps – c’était dans les années 30 – où croyants et non-croyants commémoraient séparément la Saint-Éloi: deux clans, deux bals, deux manifestations… Aujourd’hui, rien de tout cela: les Bouillonnais participent ensemble à la fête. La 138e édition aura lieu le 26 novembre.
À Bouillon, la tradition du pain bénit remonte à très longtemps. Au Moyen-Âge déjà, les ''miquelets'' – les bûcherons de l’époque – s’étaient mis sous la protection de saint Nicolas. Un saint qu’ils fêtaient chaque année, le 6 décembre, en organisant en son honneur une procession du pain bénit. Au fil du temps, le travail du bois a cédé sa place au travail du métal, mais les ouvriers ferronniers ont repris à leur compte l’idée du cortège, transposant leur fête au 1er décembre, jour de la Saint-Éloi, patron des métallurgistes, des orfèvres, des forgerons, des mécaniciens…
Aujourd’hui, la cité ardennaise ne compte plus qu’une usine du genre, mais la célébration de la Saint-Éloi reste vivace. Cette année encore, pour la 138e fois, les membres de la Société Royale ouvrière Saint-Éloi s’apprêtent à perpétuer la tradition. Et puisque la fête se vit désormais chaque dimanche le plus proche du 1er décembre, c’est le 26 novembre que Bouillon se souviendra de son passé industriel, ainsi que des hommes et des femmes qui ont écrit quelques-unes des pages de son histoire.

Mais au fait, qui est saint Éloi?
Éloi est né au 6e siècle près de Limoges. Dans le cadre de son apprentissage de l’orfèvrerie, il fait preuve d’un esprit charitable en affectant une partie de ses revenus aux plus pauvres et aux esclaves. Son travail est apprécié par le roi Clotaire II, ce qui lui vaut d’être nommé Maître de la Monnaie. Saint Ouen dit de lui: ''C’est un homme capable d’en imposer aux plus grands tout en restant humble devant Dieu.'' Sous le règne de Dagobert 1er, Éloi mène des missions diplomatiques en tant que trésorier du roi. A la mort de ce dernier, Éloi se consacre à sa charge ecclésiastique. Il devient évêque de Noyon et Tournai. Des diocèses dans lesquels il prolonge l'évangélisation entreprise par saint Médard et multiplie les fondations d'abbayes. Il est canonisé immédiatement après sa mort qui survient le 1er décembre 660.
Durant sa vie, Éloi a manifesté une grande générosité envers les plus pauvres. Lors d’une précédente édition de la fête de la Saint-Éloi à Bouillon, Mgr Pierre Warin a rappelé que la tradition des pains bénits, fabriqués pour l’occasion par les boulangers de la ville, ''était là aussi pour rappeler que les hommes doivent partager leur pain avec ceux qui en manquent''. L’évêque auxiliaire de Namur qui sera de nouveau à Bouillon, le 26 novembre, pour présider la célébration eucharistique, aux côtés des prêtres du doyenné.

Le cortège des pains
Comme à chaque fois, la fête de la Saint-Éloi commencera le 26 novembre à 9h45 par une première procession des pains non bénits. Des pains aussi appelés ''gâteaux mollets'', troués en leur milieu, et empilés autour d’un mât installé sur des civières. Jadis, c’était le personnel des usines métallurgiques qui se chargeait de porter les gâteaux. Aujourd’hui, de nouveaux groupements ont rejoint les équipes de porteurs, dont la Confrérie de la bière de Godefroy, les pompiers ou encore un mouvement de jeunes.
À 10h15, en fin de première procession, la messe sera célébrée en l’église décanale. La messe, c’est le point d’orgue de la journée. Tous les gens qui viennent à l’église, même s’ils ne sont pas forcément très pratiquants, respectent ce temps de prière et y sont attachés. Et c’est au cours de cette célébration qu’aura lieu la bénédiction des pains – signe aussi de la bénédiction du travail des hommes – ainsi que leur distribution. Après la messe, le départ de la deuxième procession sera donné, toujours dans les rues de Bouillon. Si vous êtes de passage à Bouillon ce jour-là, la croyance populaire attribue beaucoup de vertus au pain bénit. S’il peut évidemment être consommé, un petit morceau conservé dans le porte-monnaie ou la voiture semble préserver de la foudre et éloigner les maladies…

Photos d’archives: Société Royale ouvrière Saint-Éloi de Bouillon.
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse