Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
19/9/2016
Passage de flambeau réussi à la messe du lundi des Wallonie
Le lundi des Fêtes de Wallonie à Namur est traditionnellement le jour de la messe en wallon. Cette édition 2016 aura été marquée d’une grande nouveauté, puisque c’est l’abbé Bernard Van Vynckt qui était pour la première fois aux commandes. L’abbé Van Vynckt succède ainsi à l’abbé Paul Malherbe qui a assuré l’exercice pendant de nombreuses années.
Mission accomplie pour l’abbé Bernard Van Vynckt! Prendre le relais de l’abbé Paul Malherbe à la présidence de la messe en wallon pouvait paraître compliqué. Mais le doyen de Marche-en-Famenne s’en est tiré remarquablement. Les rires entendus durant son homélie et les applaudissements qui ont suivi en ont été un beau témoignage.
Grande, pourtant, avait été la surprise de Bernard Van Vynckt quand le Comité central de Wallonie lui a proposé de succéder à Paul Malherbe. Lui qui est à moitié flamand s’est même vanté, durant la messe, d’être un rien NVA. Mais pas NVA à la manière de Bart de Wever. NVA, ici, comme ''Namurois, Vaillant et Arsouille''… On l’a compris, si le célébrant a changé derrière l’autel de l’église Saint-Jean, l’humour, lui, est toujours là.

Beaucoup de bons Samaritains à l’œuvre aujourd’hui
On s’était posé beaucoup de questions quant à la présence ou non de l’abbé Malherbe à la messe en wallon de ce lundi. Finalement, il était bien là. Une présence discrète, dans le chœur de l’église, aux côtés des prêtres célébrants. L’abbé Van Vynckt lui a rendu hommage au tout début de la célébration, avant de lui passer la parole. ''Dji vike ko. C’est incroyable'', a dit d’emblée le principal intéressé. ''Même si ce n’est pas facile tous les jours… Mais il y a beaucoup d’autres malades, d’autres patraques autour de nous: dans les maisons de repos, en prison. Des jeunes ou des moins jeunes, isolés, migrants, victimes des guerres…'' Et de poursuivre: ''Au long de toutes ces années, j’ai essayé de vous faire entendre la petite musique de l’évangile sans vous dire ce que vous aviez à faire ni essayer de vous convertir.'' C’est une véritable standing ovation que l’assemblée a réservée au curé des Namurwès à l’issue de son intervention.
Puis l’évangile a été lu, en wallon lui aussi. Un extrait de l’évangile de Luc où il est question de la parabole du bon Samaritain. Dans son homélie (lire en intégralité ci-dessous), sur le mode léger, l’abbé Van Vynckt a d’abord quelque peu ironisé sur la présence de la tortue de Jan Fabre à la citadelle. Une ''caracole'', cela aurait été tellement mieux.
Puis il mis en avant le travail d’un grand nombre de bons Samaritains, aujourd’hui dans la société: ''Dès djins, come i-gn-a véci à Nameur, qui n’ont nin peû d’ prinde su leû timps èt qui boutenut po fé viker Li p'tite bouwéye, lès Sauvèrdias, li Resto do keûr, èt branmint d's-ôtes soces qu'apwatenut one miète di solia dins l' nwareû dès djoûs.'' Avant de conclure par une exhortation que nous lance le Christ en personne: ''Qu'èst-ç qui vos ratindoz po-z-è fé ostant?'' (''Qu’est-ce que vous attendez pour en faire autant?'') Bref, il y avait matière à réflexion aussi en ce lundi des Wallonie. Une autre preuve, décidément, de la réussite de ce passage de flambeau.
A.S.

Prètchemint do londi 19 di sètimbe 2016
Dji n' vôreûve nin c'mincî mi prétchemint, sins rinde bon d'wêr à nosse soçon Pol qu'a stî véci, trinte chîj-ans au long, po dîre mèsse li londi d' Walonîye. Èt come dji sé bin qu'i-gn-a branmint dès chances qu'i nos r'waîte al tèlèvusion : 'Adon, qui tot vos vaye au mia, don, soçon Pol !
Mès djins, dji m' dimande todi douvint qui l' Comité Central di Wallonîye m'a prîyî po l' mèsse è walon.
Bin sûr, on bia djoû, dj'a r'cît one bèle lète do Président mossieû Willemart. Mins djè lî a bin rade rèspondu : 'Èstoz bin sûr ! Si vos n'è l' savoz nin, dji vos l'aprind, vos l' dimandoz à on mitan d' flamind, savoz ! (...)
I m'a rademint rèspondu : 'Si c'è-st-insi d'abôrd, vos ploz v 'nu !
Èt dj'a v 'nu !
Li côp passé, Pol nos-a causé d' Jan Fabre, èt di s' tortûwe qu'on-z-a mètu véla au d'zeû do Grognon. Mès djins, one tortûwe, à Nameûr ! On-z-aurè tot vèyu, don !
Noste èvêque, qu'èst véci pad'vant mi, m'a d'mandé di baguer à Mautche. Èt dins mès bagadjes, dj'a r'trové on tauvia, qu'i-gn-a saquants-ans di d'ci, on-ârtisse aveûve faît po lès scouts di Bomel. Dji l'a amwinrné avou mi !
(...)
On londi d' Walonîye, dj'èsteûve dins l'èglîje véci, à costé di Pierre Dahin. Èt dj'a co l' sovnance d'one ratournûre di nosse soçon Pol : 'Quand dji vwè, ç' qui dj' vwè, quand dj'ètind çu qu' dj'ètind, mès djins, dji n' so pus sbaré d' pinser ç qui dj' pinse'. ... Èt ça m'a faît sondjî al fauve – al parabole s'apinse qu'on dit è francès – qui Jésus nos raconte.
Quand dji vwè, totes cès djins, cès djon.nes, cès-èfants qui pètenut èvôye di leû payi po v'nu è l'Europe trover one miète di paîs èt d'amichtauvité ! Dji sondje à l'ome, lèyî à mitan mwârt su l' bwârd dè l' vôye...
Quand dji vwè tos lès cis et totes lès cènes qui, audjoûrdu, sont st-èmacralés dins leûs misères èt dins leûs pwin.nes. Èt nos-è conichans tortos dès cis qui n’ont nin aujîy, qui pièd’nut l’espwêr dès bias djoûs ou qui sont lèyîs là su l’costé : dès djon.nes ou dès pus vîs qui sayenut d' trover d’ l’ovradje, qui nosse boune soce ni vout nin r’conèche, zèls qu’ont dès bias diplomes. Dès-ôtes qui sayenut d’ viker one miète di bouneûr et qui veûyenut l’ dossêye tchaîr su leûs spales pace qu’i-gn-a todi bin dès lin.wes d’aspic po maû causer d’ zèls. Dès-omes, dès feumes qu’on r'waîte di truviè pace qu’i n’ont pont yeû d’chance dins l’vîye. Oyi ! Ça m' faît co sondjî à ç't-ome la.
Mins, i-gn-a branmint dès bons Samritains èto, savoz ! Dès djins, come i-gn-a véci à Nameur, qui n’ont nin peû d’ prinde su leû timps èt qui boutenut po fé viker Li p'tite bouwéye, lès Sauvèrdias, li Resto do keûr, èt branmint d's-ôtes soces qu'apwatenut one miète di solia dins l' nwareû dès djoûs.
Yèsse one saquî qui rècoradje èt rastampe li cia qu’èst ployî pa l’pwèd d’one vîye bin pèsante à pwârter. Dji n’ dwè nin aler pus lon. Vos vèyoz bin ç’ qui dj’ vou dîre, dwaî !
Oyi, mès djins, trop sovint, ça sint l’ rèssèré. I nos faut douviè lès-uches, lès finièsses, douviè nos-orèyes, nos-ouys, nos mwins, maîs pad'zeû tot, come li Bon Samaritain, douviè nos keûrs.
Dj'a quausu tot faît. Maîs po fini, dj’a sondjî à one fauve sicrîte pa André Henin, i-gn-a fwârt longtimps su ç’ parabole ci. Èt insi, dji rind bon d'wêr à one saqui qu'a v 'nu véci èto dîre mèsse è walon èt qu'a stî on maîsse po André, por mi, èt po branmint. Dj'a candjî saquants noms po qui l' fauve si rapwate à nosse fièsse.
Gn-aveûve on côp, on-ome qui distchindeûve à vélo di Lôyi po v'nu aus fièsses di Walonîye ! Èt pace qui c'èsteûve li dicauce, i l’ faît one miète pus longue. Vos savoz bin, don : on p’tit vêre pâr ci on p’tit vère pâr là, èt chake si tournèye. Vola qu’aus p’titès-eûres, noste ome aveûve ramassé s’chique (Ni riyoz nin dès maus tchaussis, i-gn-a dès savates po tortos ! èt l’cia qui n’a jamaîs yeû l’ fârce, qu’i m’ tape li prumêre pîre !) Mais vos savoz bin, lès sôlèyes, parèt : « Sîya, djè rîrè bin tot seû ! » Vo-l-la qui r’broke su s’ vélo, èt pèdaler è mèsurant l’ vôye… li pus laudje possibe, co bin ! Mins quand il arrive au laîd toûrnant, véla à Bossimé, vos vèyoz l'afaîre di d'ci, bardaf, noste ome au fossé !
Gn-a on bon Diè po lès sôlèyes, di-st-on. On-ôte aureûve stî touwé. Li, rin d’ cassé… I saye bin di s’ rilèver, mins, avou l’avance qu’il aveûve,… I r’tchaît èt i s’èdwâme.
A sèt’ eûres au matin, li curé d’ Loyî passe en auto – Il aleûve dîre mèsse al Cathèdrale al place di l'èvèque qu’èsteûve en vacances… (c’èst todi lès minmes qu’ont bon ! Vos l' savoz bin !) Il avise noste ome. I l’ ric'noche : « Vo-l-la co, ç'ti-là. Por mi, il a co ramassè s’ chique do l’nèt. Qu’i tire si plan ! Mi, dji n’a nin l’timps ! » èt aye èvôye !
Arive on cinsî qu’aleûve à pature veûy si sès bièsses sont prèsses po l' martchî à Cînè : « Gn-a rin avou ça, di-st-i en-z-avisant l’ maleureûs. Pont d’afaîres, pont d’misères ! Mi dji n’a rin vèyu !“ Èt i passe yute.
I ’nn’arive on trwèziyn.me. On-ome nin d’avaurci, savoz ! On Flamind, parèt, qui voyadjeûve po l’ Boûrènbond. Do côp qu’i veut l’ tauvia, il arète si-t-auto. I dischind, I vint veûy di d’pus près. I cheût one miète l’ome qui d’warmeut, li. I lî r’nètîye si visadje avou s’ prôpe mokwè. I l’ rimèt su pîds èt l’mwin.ne à l’ôtél. Véla, i done cints-euros au patron. « Tènoz di-st-i ( en flamind, bin sûr ! ) purdoz sogne di li èt fioz v’nu on mèdecin. S’i gn-a nin po fé avou ça, dji payerè l’ rèstant quand dji r'vérè l’ samwin.ne qui vint.
D’après vos-ôtes, di-st-i nosse Sègneûr, liquék dès trwès a div'nu l’ soçon d’ l’ome qu’èsteûve coûtchî au fossé ?
Gn-a rin d' malaujî à rèsponde à ça, don : « C’èst bin sûr li ci qu’a pris sogne di li ! »
Aléz d’abôrd, di-st-i Jésus. Qu'èst–ç qui vos ratindoz po-z-è fé ostant ? C’èst po nos-ôtes èto qu’i cause insi !
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse